Visite de la nouvelle exposition du muséum

Visite de la nouvelle exposition du muséum

Mardi 20 février, les classes de 6eA et 6eB sont allées découvrir la nouvelle exposition du Muséum d’histoire naturelle du Havre « Les génies de la nature ». Les 6e B nous racontent…

Nous sommes partis du collège à 9h en tram pour visiter l’exposition du muséum. Nous nous sommes divisés en deux groupes : le premier à commencer par la visite de l’exposition tandis que l’autre participait à un atelier « Qui se ressemble, s’assemble » sur la classification des animaux. À l’heure suivante, nous avons échangé nos activités.

Dans notre groupe, nous avons commencé par l’atelier. Nous nous sommes donc réunis dans une salle au dernier étage du muséum. Nicolas Bansaï, médiateur culturel du muséum, nous a expliqué comment s’y retrouver dans l’incroyable diversité du monde animal.

Les scientifiques se posent la question depuis bien longtemps. Nous avons commencé par observer une série d’animaux pour vérifier la présence, ou l’absence de caractères définis, comme les poils, les plumes, les pattes, les nageoires. Pas si simple ! À l’aide d’une grille, nous avons pointé les spécificités de chaque espèce.

Ensuite nous avons réalisé une classification de ces spécimens et Yacine a joué le représentant de l’espèce humaine.

Mais c’est déjà l’heure du changement. Nous échangeons les activités et nous poursuivons notre parcours par la visite de l’exposition du muséum. La visite était libre, enfin avec nos accompagnateurs ! L’exposition propose une centaine d’images grand format, une cinquantaine d’animaux naturalisés exposés pour la première fois.

Nous avons découvert une nouvelle approche de la nature, les innovations qu’elle inspire aux chercheurs et l’importance de sa préservation. À travers les panneaux d’exposition, nous avons pu comprendre comment les animaux évoluent, coopèrent, s’entraident, interagissent, communiquent, s’adaptent, utilisent des outils, se transmettent des savoirs …

« Dans la première salle, j’ai beaucoup aimé l’affiche des crocodiles », explique Paul-Antoine. « Ce sont d’étonnants reptiles, des parents attentifs, qui pondent dans des nids et s’occupent de leur progéniture.

« Oui et sa peau épaisse est une véritable armure », ajoute Maxime. « Elle dévie les lances, les flèches et parfois même les balles de fusil ! Du coup, elle a inspiré de nombreux chercheurs pour toutes sortes de protections dans les vêtements ou les voitures.

« Dans une autre salle, j’ai été surpris par les informations sur les rhinocéros : il n’en reste que très peu sur terre (30 000) et 80% vivent en Afrique du Sud », reprend Paul-Antoine. « Le braconnage fait des ravages, les hommes récupèrent les cornes et les vendent. Pourtant c’est interdit depuis 1977 ! Il y a aussi les éléphants de savane d’Afrique qui vivent en troupeau. C’est souvent la femelle la plus âgée qui dirige le groupe et veille sur les petits », raconte Paul-Antoine encore émerveillé par ses découvertes. « Il y a aussi l’hippopotame qui fabrique sa propre crème solaire ! » ajoute Maxime.

« J’ai été impressionné par les hyènes », explique Mathis. « La hyène est un prédateur ou charognard. Mais les femelles dominent les mâles, c’est une situation unique chez les mammifères ! Il y a aussi le gorille, qui est herbivore et frugivore. Le gorille utilise des branches pour aménager des ponts. À l’aide de troncs d’arbres, il peut alors traverser les cours d’eau trop profonds. »

 

 

« Moi j’ai été impressionnée par la photo de la Drosera », raconte Juliette. « C’est une plante carnivore. Elle attire les insectes grâce à ses belles couleurs et son odeur agréable. Mais ses feuilles sont couvertes de petits poils enduits d’une super colle ! Une fois posée, la proie ne peut plus partir, et, plus elle se débat, plus elle est engluée. Incroyable la nature, non ? » interpelle Juliette, encore émerveillée de sa découverte.

Il y avait de nombreux animaux naturalisés, plus impressionnants les uns que les autres !

Et tes tas d’animaux que nous ne connaissions pas : le harfang (hibou des neiges), le poisson-coffre (qui rame au lieu de nager), le kakapo (le perroquet de la nuit qui vit uniquement en Nouvelle Zélande)…

Finalement, nous n’avons même pas eu le temps de compléter le petit guide qui nous a été donné, tellement il y avait d’informations passionnantes à découvrir !

Nous sommes ressortis enchantés et pressés de pouvoir y retourner avec nos familles pendant les vacances !!!